Arnaud Bouteloup Photographe

Promenades obsessionn(elles)

Je déambule dans cette ville aux marges de la nuit.
Elle est habitée de présences féminines … partout où mon regard se pose surgit une ombre, une silhouette, une image. Elles sont souvent fugitives, indifférentes à ma présence. Parfois le hasard d’un regard, laisse entrevoir un soupçon d’échange. Mais je passe … pourquoi m’arrêter ?

J’observe, ému et indiscret. Pour ne pas l’oublier je capture au passage un peu de ce charme fugace.

Me souvenir de cette lectrice dans un café du Marais sûre d’elle et qui ne sait pas qu’elle n’est pas seule. Rêver de ces vitrines habitées de mannequins qui offrent aux autres femmes le regard que les hommes portent sur elles.
La douceur indescriptible du regard de cette serveuse dans un restaurant japonais. Ville cosmopolite ?
Garder gravé dans ma mémoire cette image entrevue dans les plis du rideau d’une triste boutique de la rue Mouzaia. Illumination voulue par des hommes qui aussitôt les submerge.

Au fait que font les hommes ? existent-ils sans les femmes ? existent-ils seulement ? ils peuvent passer dans le champ, peu m’importe !

La ville se rencontre par les femmes. Elle les raconte à travers ses sombres décors qui s’effacent devant leur évidence. Elles ne sont pas offertes, elles ne sont pas dociles, elles ne sont pas hostiles. Dans les villes modernes, elles sont libres.

Elles sont ma part de lumières de la ville.

 

Cette série a fait l’objet d’un article dans Réponses PHOTO signé de Jean-Christophe Béchet

2 Responses to Promenades obsessionn(elles)

  1. Je veux dédier ce poème
    A toutes les femmes qu’on aime
    Pendant quelques instants secrets
    A celles qu’on connaît à peine
    Qu’un destin différent entraîne
    Et qu’on ne retrouve jamais

    (…)

    Poème d’Antoine Pol par Brassens

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.